Créer un site gratuitement Close

Accueil

Avant la première guerre mondiale, les différentes variétés de Lévriers étaient regroupées en une seule association : LE CLUB FRANÇAIS DU LEVRIER.
A cette époque aucun bulletin naturellement ; mais cela ne signifiait nullement l’absence de contact et d’activité. En effet, la revue « chasse et pêche » dirigée depuis Bruxelles par M. Sodenkamp, laissait, en quelque sorte à disposition, une certaine place qui fut largement utilisée à titre d’organe du Club, et en particulier pour les Barzoïs.
Puis ce fut la Grande Guerre et la Révolution de 1917 en Russie qui décimèrent une partie de ce cheptel prestigieux, et chacun reprit au début des années « 20 » son élevage avec le peu d’éléments encore disponibles ; mais ces gens là possédaient une chose indispensable, sans laquelle rien ne se fait correctement : la Passion du Barzoï et la foi en leur réussite. M. Henry Teissonnière en tête, allant toujours de l’avant et communiquant sa ferveur, son enthousiasme et son amour du Barzoï autour de lui, faisant ainsi de nouveaux adeptes capables de poursuivre avec lui le renouveau indispensable à la continuité de la race.
Le 20 Août 1928 ; il demandait à la Société Centrale Canine, la mise en stage d’affiliation d’un Club du Barzoï.
En Janvier 1929, il réunissait quelques fidèles et le 6 Avril 1929 il déposait sa déclaration à la Préfecture de Police de Paris. Un premier bulletin sortait dans la foulée qui devait paraître tous les deux mois jusqu’en 1939. Le 20 Janvier 1930 le Club était affilié à la SCC.
Comité de départ : Président Henry Teissonnière
                           Secrétaire Mme de Loupy
                           Trésorier M. Janssen
                           Membres M. Paillery, M. La Selve
A sa fondation en 1929, le Club du Barzoï comptait 39 membres. En 1939, 87 membres étaient inscrits.
La guerre de 1939-1945, anéantit à nouveau pour une bonne part les efforts de M. Henry Teissonnière. Et malheureusement il n’eut pas le bonheur de voir le Club repartir sur ses rails. En effet, il décéda peu après la libération, le 5 Septembre 1945, alors qu’il aurait pu reprendre en main les destinées du Club du Barzoï en France. Ce fut une perte unanimement reconnue par la Cynophilie en général. Son élevage de l’Ermitage avait conduit de nombreux Barzoïs aux différents championnats et sa réputation s’étendait à toute l’Europe.
C’est le Colonel De Clerck qui sonna le rappel dès 1947 et qui reforma et réorganisa le Club avec 53 membres et le Comité suivant :
- Président d’Honneur Madame Teissonnière
- Président Colonel De Clercq
- Vice-Présidents Messieurs Forcinal et Lhotellerie
- Trésorière Madame De Clercq
- Secrétaire Monsieur Martzolf
- Membres Madame Jouan, Messieurs de Montfort, Breistroff et Janssen
Le Club repris une activité normale, mais avec semble-t-il une certaine nostalgie du passé. Les difficultés d’après-guerre, et il faut bien le dire, la décote du Barzoï durant cette période, n’aidèrent pas les responsables dans leur tâche.
En 1960, le Colonel De Clercq disparaissait à son tour. Il formait avec son épouse et M. Janssen, les trois derniers pilliers du « grand départ de 1929 ».
Madame Lhotellerie était nommée Présidente du Club, le 13 Mars 1961, et le nouveau Comité se composait de la façon suivante :
- Présidente Madame Lhotellerie
- Vice-Présidents Madame Raulin et Monsieur Huygues Despointes
- Secrétaire Monsieur Martzolf
- Membres Mesdames d’Arbelles et Sigaux, Monsieur Janssen
Depuis le décès de M. Lhotellerie en 1956, le Club du Whippet dirigé par sa veuve, participait au même bulletin, et en 1961 ce dernier assurait également la liaison des membres du Club du Sloughi avec pour Président M. Duconte. Mle Club du Barzoï sembla à cette époque entrer quelque peu en léthargie, et dans les dits bulletins, l’on y traitait de moins en moins du Barzoï au profit des Whippets.
C’est en 1966, au décès de Mme Lhotellerie que Mme Raulin accédait à la Présidence du Club du Barzoï. Celui-ci reprenait sa forme initiale en tant que Club du Barzoï et exclusivement du Barzoï. Madame Raulin devait garder ce poste jusqu’en 1976.
C’est M. Abbé qui lui succédait, et donnait l’essor nécessaire au Club pour qu’il atteigne sa forme actuelle. M. Abbé est à la base de la création du challenge Teissonnière et du démarrage des premières Nationales d’Elevage.
En 1982, Maître Dominique Patrick Faure reprenait le flambeau. Il occupa cette fonction jusqu’à fin  2001, soit une durée de près de 20 années consacrée à la gestion de notre Club. Il est à souligner qu’il s’agit là du mandat présidentiel le plus long de l’ histoire du Club.
Il s’y consacra avec beaucoup de dévouement, de temps et d’énergie pour l’avenir de la race. Il fut particulièrement aidé en cela par son épouse, responsable de la rédaction du bulletin, notre indispensable organe de liaison. Ils furent avec
M. Kapnist, les instigateurs du renouveau de la poursuite à vue sur leurre (PVL).
Depuis le 1er Octobre 2001, c’est M. Pierre Renard qui est le Président du Club du Barzoï aidé en cela par une équipe dynamique :
Président M. Renard
Vice-Présidents Mme Hamoud et M. Magré
Secrétaire Mme Seigner
Trésorière Mme Thalgott
Membres Melle Colin, Messieurs Barjot, Denis, Fernandez de Pinedo et Pezet.

Après les élections du 11 juillet 2004 à Servins le comité se compose comme suit:

Président: M.Pierre Renard
Vice-Présidents: messieurs Bernard Barjot et Jean paul Pezet
Secrétaire Mme Seigner
Trésorière: mademoiselle Marie-Martine Lombard
Membres mademoiselle Marie-Jo Colin et messieurs Ludovic Denis, Christian Magre, Pascal Nowakowski
Après la réunion du Comité à Tours le 21 mai 2006 le Comité se compose comme suit :Président: M.Pierre Renard
Vice-Présidents: messieurs Bernard Barjot et Jean paul Pezet
Secrétaire Mr Christian Magre
Trésorière, Responsable du bulletin: mademoiselle Marie-Martine Lombard
Membres mademoiselle Marie-Jo Colin et messieurs Ludovic Denis,  Pascal Nowakowski, Victor Marouani (responsable du site)
 


Nous faisons tous partie de cette grande famille que sont les amateurs, propriétaires et éleveurs de Barzoïs, tous des passionnés d’un même idéal. Nous devons faire en sorte que le Club puisse poursuivre son existence dans les meilleurs conditions possibles, afin de continuer à promouvoir cette si belle race qui nous est chère à Tous : le Barzoï.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site